Nos sélections

Du burn-out au flux de la vie : bien se comprendre pour prévenir et guérir

Quatre étapes pour gérer le stress

  • La première consiste à me concentrer sur moi-même. En laissant les facteurs extérieurs me déterminer, je leur accorde trop de pouvoir et je perds la relation à moi-même. Pour me retrouver, il me faut percevoir ma respiration, sentir mon corps, avoir du plaisir à être en moi-même, avec moi-même, là, en ce moment. Personne n'attend rien de moi. Je vais travailler, affronter des problèmes, mais ne vais pas les laisser me diriger, me harceler.

  • La deuxième consiste à analyser la situation et à m'interroger. Mon stress vient-il de ce que j'ai peut-être envie d'être aimé par tous, d'être reconnu, de contenter tout le monde, de ce que j'ai besoin qu'on s'intéresse à moi, qu'on m'approuve ? Prendre ainsi conscience de mes désirs me permet de les relativiser, de les admettre sans me condamner. Parvenu à ce stade, je peux aussi m'en distancier : en ce moment, ce que les autres pensent de moi n'est pas si important, le principal, c'est ce que je ressens moi-même. Je me sais porté et accepté par Dieu, et cela me libère de la pression de devoir être aimé par tous.

  • La troisième étape consiste à me demander à quelle source je puise. À la source trouble du perfectionnisme, peut-être, de l'ambition. Mon stress vient peut-être de ce qu'il me faut absolument faire mes preuves. Je pourrai alors essayer de traverser ces eaux troubles pour parvenir au fond de mon âme, à la source pure et limpide de l'Esprit Saint. Elle pourrait m'inspirer pour trouver d'autres solutions et un chemin viable.

  • La quatrième, enfin, consiste à réfléchir : le travail est-il objectivement trop abondant et est-ce que j'y consacre trop de temps ? Si c'est le cas, il me faut le répartir différemment, afin d'en réduire le poids. Certains prétendent que c'est une vaine tentative et c'est vrai qu'il y a de plus en plus à faire, que ce soit au bureau ou à la maison. Lorsque moi-même je sens le stress me gagner, je m'emploie à quelque chose de très simple, et je dois reconnaître que cela m'aide : je limite les périodes de travail, mais je m'y consacre au maximum. Je peux ainsi profiter du temps qui me reste pour prier, me recueillir ou lire. Certains rituels sont alors une bonne méthode pour fixer les limites et, en ce qui me concerne, créent un espace sacré, un temps qui m'appartient et dont personne d'autre ne dispose. Si malgré les charges quotidiennes qui m'incombent je parviens à préserver ce temps béni, cela me permet de respirer. Je me sens libre. Je suis reconnaissant de me réserver chaque jour cet espace de liberté qui, à son tour, me libère un peu des contraintes du monde du travail. Dans l'entreprise où vous travaillez, vous devez répondre à de multiples exigences. mais si vous vous imposez ce rituel, si vous créez ce temps libre et faites l'expérience de cette liberté intérieure, vous aborderez différemment les attentes de l'extérieur. Vous leur laisserez moins d'emprise, c'est vous qui aurez le dessus. Et cette liberté en vous accompagnera tout ce que vous entreprendrez. Alors je vous recommande ce que je pratique personnellement: imaginez un espace de liberté en vous, un espace sacré où Dieu habite, où les exigences d'autrui n'ont pas accès, où vous n'êtes pas sous pression, où vous êtes vous-même, totalement.

Rituel proposé:

Si tu as l'impression que le stress et l'agitation gouvernent ton quotidien, essaie consciemment de les contrer, d'appuyer sur la pédale de frein et de t'entraîner à une lenteur qui te fera du bien.

Choisis chaque jour un petit parcours sur lequel tu vas avancer lentement. Ce peut être la montée ou la descente de l'escalier de ta maison, ou le chemin jusqu'à ta boîte au lettres, ou encore celui qui mène à ton jardin, c'est-à-dire un chemin que tu empruntes chaque jour. mais ce peut être aussi un petit parcours dont tu vas décider, par exemple en te promenant dans ton jardin. Et choisis aussi le moment (le matin, ou le soir en rentrant de ton travail).

Essaie aussi d'avancer lentement, pas après pas, laisse le souffle de l'air effleurer tes mains. Il est bon que tu sois tout seul, sans aucun spectateur. En progressant avec une lenteur extrême, tu vas percevoir ce que signifie être totalement dans l'instant, faire un pas, marcher, sentir le monde, car tu seras uniquement concentré sur ton avancée. Et tu vas te rendre compte que le fait de marcher lentement te ralentit également intérieurement et te rapproche de ton cœur.

Si tu répètes quotidiennement ce rituel, tu constateras un changement. Tu sentiras chaque jour ta vie se ralentir un peu. Cela te donnera une énergie nouvelle, pour travailler aussi, un domaine où la rapidité est de rigueur.

Extrait de :

Description :

Dans notre monde d’activité intense, de pression permanente et de stress, il arrive que nombre d’entre nous s’effondrent, tant ils sont épuisés. Le corps et l’esprit sont poussés à bout et les personnes touchées ont l’impression de ne plus être « dans le flux » de la vie, ce flow dont parlent les psychologues et qui suscite l’action et la créativité positive. Comment les aider à retrouver le goût de vivre ? Il en va beaucoup de notre mental, remarque Anselm Grün. Certains modèles, images ou exemples nous stimulent, mais souvent aussi nous sont néfastes. Ainsi, des représentations de performance, de pouvoir, de succès : il faut gagner à tout prix, avoir toujours mieux, toujours plus.
Accompagnateur de nombreux individus souffrant de burn-out, Anselm Grün déchiffre le fonctionnement de ces images, celles qui nous inhibent et celles qui nous motivent. Il nous en propose aussi d’autres pour mieux libérer nos potentiels et développer l’envie de vivre et de travailler de manière plus sereine.  

Anselm Grün est moine bénédictin et docteur en théologie. Né en 1945, il assure la gestion de l’abbaye de Münsterschwarzach. Conseiller spirituel et animateur de retraites, il porte spécialement attention à la méditation, à l’interprétation psychanalytique des rêves, au jeûne et à la contemplation. Parmi ses dernières publications : Traverser la dépression et Transforme ta peur. Traduits dans le monde entier, ses livres sont vendus à des milliers d’exemplaires.

Publié le : 13 Oct 2017
Formation chrétienne

Initiation aux récits bibliques
LAISSE-MOI TE RACONTER (6-8 ANS)

Laisse-moi te raconter est une excellente initiation aux récits de la Bible. Chacun des récits bibliques retenus fait l’objet d’une mise en contexte historique et théologique, et de suggestions d’activités aussi nombreuses que variées. Guidés par des personnages curieux et sympathiques, parents et enfants se laisseront toucher par ces histoires toujours actuelles. Des livres qui raviront les jeunes et adultes.

Chemin de vie et d'intériorité
AU FIL DES SAISONS (8-10 ANS)

Au fil des ans, nous vivons des événements qui rythment et marquent notre existence. La rentrée scolaire, les fêtes de Noël et de Pâques, les hauts et les bas de la vie en famille en sont quelques exemples. Au fil des saisons est un parcours catéchétique adapté aux besoins et à la culture des jeunes. Petit à petit, ils se questionnent à la lumière de récits bibliques et de témoins de la foi. Ils apprivoisent la dimension de l’intériorité. C’est là qu’ils rencontrent Jésus et découvrent son projet.

Au fil des saisons - livre des jeunes
Rencontrer Jésus et ses témoins
16,95 $
Au fil des saisons - guide d'animation
Rencontrer Jésus et ses témoins
24,95 $

Dans la foi avec Mathilde et Alex
L’AMOUR EN FÊTE (9-10 ANS)

L’amour en fête s’adresse aux jeunes de neuf et dix ans qui s’initient à la foi chrétienne. Ils y découvriront la richesse de l’univers liturgique : les rituels, les lieux sacrés, la prière, les grandes fêtes de l’année de même que les symboles et les sacrements. À la lumière de récits bibliques et en suivant Mathilde et Alex qui vivent des expériences signifiantes, les jeunes identifieront les diverses manières de célébrer leur vie et de la célébrer avec Jésus. À travers ce parcours, les jeunes prendront conscience que la liturgie est un espace privilégié pour entrer en relation avec Dieu, avec soi et avec les autres.

Amour en fête (L') - livre des jeunes
Célébrer ma vie avec Jésus
15,95 $
Amour en fête (L') - guide d'animation
Célébrer ma vie avec Jésus
24,95 $

Initiation sacramentelle

Une sélection du catalogue CRER pour outiller les parents, catéchètes et agents pastoraux sur les thématiques des sacrements et l'éducation de la foi.

Découvrir Dieu à travers les jeux
COLLECTION CADEAUX DE DIEUX (3 ANS ET +)

Cadeaux de Dieu est une approche à la fois pédagogique et ludique proposant des activités qui peuvent s'appliquer dans des cadres aussi variés que la famille, la paroisse, ou en école. Par le biais de plusieurs supports (le quotidien, la Bible, les témoins) les enfants s'éveillent à la fois.           

Collection
SEL DE VIE

Sel de Vie s’organise en plusieurs modules indépendants selon les étapes de la vie en tenant  compte des spécificités et des questionnements propres à chaque âge. Une pédagogie qui permet de placer la Parole de Dieu au centre des modules, de cheminer et de vivre avec  la communauté chrétienne, de découvrir la tradition vivante.

  • Une étape de la vie pour rencontrer le Père (7-9 ans)

À cet âge, découvrir la personne de Jésus Christ est déterminante pour entrer dans l’histoire du Salut. Donner à vivre et à comprendre les piliers de la foi chrétienne pour que les enfants puisent en eux des éléments pour croire et en vivre. Bâtir une confiance dans la relation avec Jésus et permettre aux enfants d’entrer dans l’expérience chrétienne. Dieu veut avoir une relation filiale et aimante avec les hommes.

  • Une étape de la vie pour découvrir l'histoire du Salut (9-11 ans)

Le besoin et la prise de conscience progressive d’appartenir à un peuple, à une histoire humaine, sont déterminants. Le désir d’action les rend sensibles et acteurs de nombreuses initiatives de solidarité. L’intérêt pour les autres se développe, en particulier ceux qui vivent ailleurs autrement. À partir des grandes figures bibliques, s’expérimente la possibilité de traverser les épreuves car Dieu se révèle fidèle.

  • Une étape de la vie pour prendre sa place dans l'histoire du Salut (11-13 ans)

Permettre aux questions des jeunes adolescents de s’exprimer et d’être prises au sérieux : qui suis-je? Où est ma place? Comment être heureux? Le jeune a besoin de rencontrer des témoins qui vivent leur foi dans le quotidien, avec bonheur et dynamisme. Le désir d’action les rend sensibles et acteurs de nombreuses initiatives de solidarité. Ils ont besoin de retrouver d’autres jeunes chrétiens, de s’identifier et d’être reconnus. Bâtir une solidité intérieure en compagnie des grandes figures  bibliques. À partir d’elles s’expérimente la possibilité de traverser les épreuves, le découragement, le mal, parce que Dieu se révèle comme celui qui n’abandonne jamais les siens.

Préparation aux
TEMPS FORTS

Jeunes, éthique et enjeux contemporains
LIBRE ET RESPONSABLE (10-12 ANS)

Dans la vie de tous les jours, les jeunes sont souvent placés devant des choix difficiles. Ils se posent des questions et se demandent comment prendre la bonne décision. Libre et responsable est un parcours éthique qui fait appel à la conscience, à la liberté et à la responsabilité. Quatre jeunes «spécialistes» de la résolution de problèmes proposent aux jeunes une démarche simple qui s’appuie sur des critères inspirés par l’Évangile et des témoins de la foi. Ce parcours est un outil pédagogique dynamique et adapté aux enjeux contemporains.

Libre et responsable - guide d'animation
Conduire ma vie à la lumière de l'Évangile
24,95 $
Libre et responsable - livret des jeunes
Conduire ma vie à la lumière de l'Évangile
14,95 $

Et quelques titres complémentaires

Pour en voir davantage sur les sacrements et la catéchèse

Publié le : 25 Sep 2017
Lectures pour vous accompagner dans le deuil

Dans le deuil Personne n’est préparé à perdre un proche et, quand le moment est venu, beaucoup se trouvent désemparés devant le chemin à accomplir. Des livres essentiels peuvent vous y aider !

Dire adieu - Célébrations

Dire adieu
Prières pour les obsèques
21,95 $

Comprendre

Mourir c'est naître
L'amour, la mort et l'au-delà
26,95 $
Vertige du suicide (Le)
Lettre aux proches d
18,95 $

Traverser le deuil

Accompagnement et fin de vie

[764;867;8929]

À offrir

[152;927;926]

Vous êtes assuré(e)s de trouver ces articles chez :

  • MONTRÉAL
    Librairie Médiaspaul 3965, boul. Henri-Bourassa Est, Montréal (514) 322-7341 / librairie.montreal@mediaspaul.ca
    Librairie Paulines 2653 rue Masson, Montréal (514) 849-3585 / libpaul@paulines.qc.ca
    Bertrand, Foucher & Bélanger 4023, rue Hochelaga, Montréal (514) 596-1559 / info@bfb.ca
  • QUÉBEC
    Librairie Médiaspaul 1073 boul. Rene-Levesque Ouest, Centre Diocesain, Sillery (418) 687-3564 / librairie.quebec@mediaspaul.ca
    Procure Ecclésiastique 102-1200 Avenue Galilée, Québec 1 (800) 463-5604 / admin@alaprocure.com
  • TROIS-RIVIÈRES
    Librairie Paulines 350, de la Cathedrale, Trois-Rivières (819) 374-2722 / libpaul@cgocable.ca
  • SHERBROOKE
    Librairie Médiaspaul 250, boul. Saint-Francois Nord, Sherbrooke (819) 569-5535 / librairie.sherbrooke@mediaspaul.ca
  • SAINT-HYACINTHE
    Buropro Citation Inc Galeries Saint Hyacinthe, 3300, boul. Laframboise, Saint Hyacinthe (450) 773-7777 / boutique.st-hyacinthe@buropro.ca
  • SAGUENAY
    Librairie La Source 240 rue Bossé, Chicoutimi (418) 543-4147 / librairie.lasource@videotron.ca
  • RIMOUSKI
    Librairie Centre de Pastorale 35, Saint-Jean-Baptiste Ouest, Rimouski (418) 723-3928 / librairiepastorale@globetrotter.net
  • LA POCATIÈRE
    Librairie Services Diocésains 1200, 4e avenue Painchaud, La Pocatiere (418) 856-1576 / diocesesap@bellnet.ca
  • OTTAWA – GATINEAU
    Librairie du Soleil 33, rue George, Ottawa (613) 241-6999 / soleil@librairiedusoleil.ca
Publié le : 19 Sep 2017
Transforme ta peur, d'Anselm Grün

LA PEUR OUVRE NOS SENS POUR LE MYSTÈRE DE LA VIE

La peur est une force. Elle peut nous empêcher de vivre, comme elle peut nous faire avancer. La refouler ne mène à rien. Mais la transformer, elle devient pour nous source de vie, de véracité, de clarté et de vigilance.

La peur d'être blessé

La peur de subir une violence est profondément ancrée en nous. Lorsque des casseurs montent dans un wagon de métro, par exemple, la panique s'empare des voyageurs : et s'ils s'en prenaient physiquement à nous ? Cette menace est réelle aujourd'hui et tangible aux arrêts de bus et dans les gares des grandes villes. Mais la crainte d'être moralement blessé est plus répandue encore et poursuit l'adulte qui l'a été quand il était enfant. Lorsque son supérieur ou tel collègue élève la voix, les blessures anciennes refont immédiatement surface et il repense à son père qui hurlait et le menaçait de coups. D'autres craignent que l'on puisse découvrir leur point sensible. Je pense à cette femme atteinte de névrodermite, qui a honte de montrer ses mains où la maladie est visible et aimerait les cacher pour que personne ne lui pose de questions. Elle se rappelle que, dans son enfance, elle avait toujours le sentiment de n'être pas assez bien, de ne pas correspondre à ce qu'elle souhaitait être et que son père ne manquait pas une occasion de critiquer sa façon de s'habiller et son allure.

La blessure la plus profonde que l'on puisse infliger à quelqu'un est de s'attaquer à son corps. Après l'avoir salué un matin, un jeune homme se voit demander par son supérieur de remédier enfin à la moiteur de ses mains. Lui-même en souffre, mais il sait bien aussi qu'on ne peut pas y faire grand-chose. Et ce chef qui rabaisse sa secrétaire en lui parlant de son surpoids ou en se moquant de son visage. Agresser ainsi quelqu'un sans le moindre respect à cause de telle ou telle infirmité physique est terriblement blessant, car c'est faire sentir à l'autre qu'il n'est pas accepté tel qu'il est, lui faire comprendre qu'il devrait être différent. Or personne ne peut sortir de son corps pour en changer. Avec notre corps, nous nous présentons tels que nous sommes et si quelqu'un critique notre aspect extérieur, il nous blesse au plus profond de nous-mêmes et nous oblige à nous cacher plus encore derrière une façade, afin de nous préserver d'autres blessures. Mais notre corps, nous ne pouvons pas le cacher, c'est le miroir de ce que nous sommes. Tout individu a besoin du respect de sa dignité humaine pour être à l'aise dans son corps, sans crainte d'être sans cesse agressé ou moqué.

La blessure physique se rapporte aussi à nos émotions. La sphère émotionnelle et psychique fait partie de notre corps. Tout être humain est vulnérable en certains points. Une femme qui souffrait de ne pas avoir trouvé quelqu'un, vivait dans l'angoisse permanente que ses collègues ou ses élèves, à l'école, lui demandent pourquoi elle restait seule. Une autre réagissait vivement dès lors que quelqu'un condamnait un peu rudement ce qui lui était arrivé dans le passé, comme si elle en était responsable. Lorsqu'on se sent coupable on redoute le jugement des autres. Si une femme a été violée dans l'enfance, elle a peur des hommes qui l'approchent d'un peu près. Elle voit chacun de leur comportement avec, en mémoire, sa propre expérience. D'un côté, elle est très sensible et sent lorsqu'ils deviennent un peu trop entreprenants, mais d'un autre côté, elle voit parfois des avances là où il n'y en a pas du tout. Sa peur d'un nouvel abus la rend hypersensible, et on la comprend. L'abus sexuel est la blessure corporelle la plus grave et la plus persistante, car non seulement le corps est blessé, mais aussi la dimension psychique : il détruit la dignité et l'intégrité.

Jésus a en tête cette peur d'être blessé lorsqu'il dit aux disciples : " Ne craignez rien de ceux qui tuent le corps, mais ne peuvent tuer l'âme. Craignez plutôt Celui qui peut faire périr l'âme et le corps dans la géhenne" (Mt 10, 28). Sa thérapie consiste à renvoyer à l'âme, laquelle, dans ses mots, est moins le domaine psychique (que personnellement j'affecte plutôt au corps), que notre espace intérieur, le noyau divin en nous, où Dieu habite en nous, où nous sommes totalement nous-mêmes. Prendre conscience de cet espace où personne ne peut nous blesser nous libère de la peur des attaques d'autrui, de ceux qui pourraient nous vouloir du mal. Nous savons qu'ils ne peuvent s'en prendre qu'à notre corps, que notre moi le plus intime est invulnérable, que ni les regards insistants ni les mots humiliants n'ont accès là où Dieu demeure en nous, où sa proximité nous protège et empêche que les autres nous approchent de trop près.

La peur est omniprésente. Sans même le réaliser, nous y sommes quotidiennement confrontés : la peur de la nouveauté, la peur qui paralyse, le peur du ridicule, la peur de l'inconnu en soi, la peur d'être abandonné, la peur de perdre ses relations, la peur de se perdre soi-même, la peur de Dieu, la peur de perdre pied, la peur de ne pas être à la hauteur, la peur de l'avenir, la peur de la mort, la peur dans le monde... Anselm Grün nous invite, par la voie de la méditation et de la prière, à découvrir nos forces permettant d'affronter les situations de la vie avec confiance et courage, à avancer en vérité.

 

Cet article vous a plus ?   Tiré de:

 
 
Publié le : 01 Sep 2017
Médiaspaul